1/160 - Echelle N

Le Forum consacré à l'Echelle N
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
JOYEUSES FÊTES DE FIN D'ANNÉE À TOUS !

Partagez | 
 

 L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
yoda69
Membre
Membre


Masculin Age : 46
Localisation : Corrèze vachement profonde
Nombre de messages : 2227
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 0:38

Bon, chers amis, cela fait déjà 3 semaines que l'évènement du siècle, du millénaire devrais-je dire, à côté duquel la seconde guerre mondiale fait figure d'épisode de milieu de saison de Santa Barbara - si j'en juge par l'engouement atavique des médias - est sorti sur les écrans. Donc, je vais me lâcher un peu. Craintifs du spoiling, barrez-vous vite ! Les autres, les cruels, les méchants, les caustiques, les infréquentables, restez, c'est pour vous, c'est cadeau.
Twisted Evil

Pour nous mettre en jambes, je m'en vais vous rappeler la chose étrange que ceux d'entre-nous qui sont nés avant 1971/1972, dirons-nous raisonnablement, ont pu "découvrir avec surprise" (souvenez vous bien de ces 3 mots, ils nous serviront plus tard, l'époque est définitivement au recyclage...) sur les écrans en 1977. Ca s'appelait Episode IV, pour faire "genre" série scifi des années 50, puis le barbu déjanté d'American Grafitti (quand même moins chiant que THX1138, non ?) a ensuite ajouté "A New Hope" en 1980 quand s'est ressorti en salle, pour faire "genre" encore plus. Ca évitait aussi au V d'avoir l'air con avec un titre et pas le IV.

Ca vous parle ? Vous vous souvenez ? Ca y'est ? On se souvient ? Starsky et Htuch à la télé ? Danièle Gilbert ?  Guy Lux ? Le petit rapporteur à Moncuq ?
Allez, on prend son gros bol de pop-corn, sa cannette de coca, et on décolle. Back to the future ! (on ne croit pas si bien dire...)

Ramplaaam, ramplaaaam, raarararararaaaaplaaaam.
Tatatataaaaaamm...
Episode IV

Comme vous le savez, il y a vachement vachement longtemps, dans une galaxie vachement vachement lointaine, des supers gentils affrontent des supers méchants. Tant pis pour les daltoniens, les supers gentils sont en couleurs, les supers méchants en noir, gris et blanc, histoire que même les neuneus les plus lobotomisés comprennent. Bref...les supers gentils sont parvenus à piquer aux super méchants les plans d'une super arme secrète (oui, dans Star Wars, tout est "super", c'est comme çà.) très destructrice capable de super réduire en super poussière une planète entière d'un coup de clic souris. Pichenette belliqueuse qui n'est, vous l'admettrez, pas franchement urbaine. Les supers méchants finissent par les rattraper mais l'un des super gentils, un peu moins con que la moyenne de son état, a alors une a brillante idée : dissimuler lesdits plans dans les entrailles d'un petit robot rigolo tout rond. Rappelons que dans Star Wars, la clé USB n'existe pas, et que les emails passent mal entre planètes, surtout en 1977.

Ca va ? Jusque là vous suivez ? Vous avez reconnu votre bon vieux Star Wars IV de 1977 ? Normal, alors, on continue...Hyperespaaaaace...

Après moultes péripéties, le bidule métallique et rondouillard finit sur une planète désertique genre Dubaï avant que les buildings n'y poussent partout comme les impôts en France, et va se retrouver au bout d'un long moment entre les papates maladroites d'un des paumés du coin, qui n'a jamais été plus loin que les trois dunes qui délimitent son horizon exagérément ensoleillé. Notre paumé de service un peu déshydraté a, accessoirement, la sale habitude de se torturer l'esprit entre deux tempêtes des sables sur ses origines, son passé, son avenir et l'âge de sa grand-mère. Mais c'est bien connu, dans les films, les méchants ne lâchent jamais la grappe et vont en toute logique faire le maximum pour récupérer le trucmuche. Implacablement, de fil en aiguille, le péquenot sablonneux va donc devoir foutre le camp dare dare de son caillou desséché, grâce une vieille casserole crasseuse en forme de hamburger marié avec une olive dans son assiette, et baptisée pompeusement Millenium Falcon, à bord de laquelle il va rapidement sympathiser avec le cow-boy de service du film et la carpette ambulante pleine de mites qui lui sert d'accolyte.

Tout va bien ? Un peu de pop-corn, peut-être ? C'est chouette, hein ? Ca vous rappelle quelque chose de très récent ? Oui, c'est bien Star Wars IV, vous l'avez sans doute revu à la télé il n'y pas longtemps...

Après une grosse marmite d'emmerdements galactiques en tout genre histoire de bouffer un peu de péloche et les trois-quart du budget, tout ce petit monde-là décide finalement d'aller retrouver les autres supers gentils dans leur super base de super gentils pour refourguer les plans du gros machin, les super gentils étant, comme chacun sait, dirigés d'une main de fer par une princesse au caractère de merde, façon Gisèle Halimi galactique, combinaison moulante mais toujours pudique, et cookies géants greffés sur les oreilles. Entre-temps, le niais du désert s'est aperçu progressivement entre deux tirs laser qu'il avait vaguement un petit coté Jedi, se dit qu'il pourrait faire autre chose que pelleter des châteaux de sable toute sa vie, a perdu toute sa famille, et devient très vite super balèze dans tout un tas de trucs paranormaux, tout çà en moins de quelques heures, timing extrêmement frustrant pour un gars comme moi qui planta 4 fois son permis avant d'avoir le papier rose.

Hé bien évidemment, tous ces gugusses, au lieu de se faire une bonne grosse bouffe tranquille autour d'un barbecue et de remettre la suite à plus tard en bectant des chamallows, non non non, cette bande de potes définitivement anti-procrastinateurs ne trouve rien de plus malin que d'aller agresser sauvagement illico presto la super base des super méchants avec une stratégie simple que même un môme de trois ans peut comprendre : mettre un bon gros nobus dans un bon gros troutrou que les méchants, toujours un peu cons sur les bord et au milieu, ont bêtement laissé en plein milieu de leur base, façon talon d'Achille revisité. Ca tombe bien, les supers méchants les ont géolocalisés sur google maps et s'apprêtent à faire de même, le suspens est donc totalement insoutenable.

Vous pouvez refermer la bouche et avaler vos popcorns, maintenant.
Et ne rigolez pas, vous avez adoré ça, et moi aussi d'ailleurs, encore et toujours, c'est ça le pire !


Bon, posons-nous un instant sur ce détail : d'un autre côté, pas de troutrou, pas de fafaille. Et je vous le donne en mille, après une hécatombe phénoménale à côté de laquelle les mecs d'Omaha Beach avaient l'air d'être en vacances au Club Med, seul un des super gentils survivants arrive à glisser son suppositoire explosif et fait tout péter comme prévu en page 257 du scénario. C'est le jubilatoire instant "badaboum", on ne s'en lasse pas, j'en ai d'ailleurs fait ma messagerie répondeur de téléphone à cassette pendant 10 ans, à la grande consternation de ma future femme. Et à la fin, tout le monde se roule allègrement des galoches au milieu des ruines le tout sur une planète plus ou moins forestière. C'est "vachement bat", comme dirait Jack.

Haaa, désolé, y'a plus de pop-corn. Un petit gout de déjà vu, peut-être ? C'est normal, vous avez trop regardé Star Wars IV sans doute...

Oooops ! Haaa, pour un peu j'oubliais, et c'eut été ballot car ce détail aura son importance ! Pas de bol, mais le grand méchant très méchant - car il y a toujours un grand méchant très méchant qui a un CDI de chef des méchants - nonobstant et d'un geste méprisable, a tué le vieux gentil un peu croulant entre-temps d'un coup de sabre laser. Oui, chez les gentils, le vieux meure tout le temps un peu avant la fin, c'est comme çà, c'est freudien. Et cet étron sur patte en cape noire s'en est sorti blanc comme neige sans une égratignure. Pour couronner le tout, on découvrira plus tard que ce sombre crétin a de la famille chez les super gentils, ce qui risque de mettre une pagaille noire au moment de la succession, soit dit en passant. Le notaire ne va pas se marrer, ça c'est sur.

Fin. Générique, musique de John Williams, on peut aller pisser, écouter mémé pérorer sur Gilbert et Carpentier, et on va gentiment jeter le pot à Pop-Corn dans la benne à recyclage. Enfin, dans la poubelle, que dis-je, on est en 1977. Enfin je crois...

Alors, oui, je sais, et je vous l'accorde, chers amis, raconté comme çà, Star Wars IV, ça ne donne pas envie du tout. Ou, mieux, ca vous donne juste envie de me jeter aux orties, non sans m'avoir au préalable écorché vif, congelé dans la carbonite, livré au Sarlace du puit de Karkoon, et préalablement trempé quelques heures dans la soude a bantha pour mieux détendre la viande. Surtout quand c'est le fait d'un fan ultimissime, au pseudo explicite ici s'il en est, et qui risque donc par là-même l'excommunication suprême de la part de tous les fans de Star Wars qui se trouvent ici et je sais qu'il y en a au moins deux ou trois.

Pas Glop.

Mais vous allez (me ?) comprendre : tout le monde le sait désormais, cette improbable histoire à dormir debout, à la trame à peine plus sophistiquée qu'un épisode des Musclés va pourtant, par une alchimie étrange, faire un tabac dans le monde entier cette année là et marquer toute une génération pour au moins 40 ans, détrônant au passage Autant en emporte le vent, les 10 Commandements et autres Ben-Hur. Non sans quelque raison objective : dans les années 70, crise économique aidant (déjà !), branlée et ratés du Viêt-Nam oblige (déjà !), quelque nouvelle vague étant aussi passée par là, les films sont majoritairement glauques, chiants, moralisateurs. Normal : l'occident se culpabilise comme un gros dépressif mono-maniaque sur tout, et tout finit toujours en queue de poisson. Du coup, pour oublier sa misère intérieure, il passe l'essentiel de son temps à baiser à couilles rabattues, ça lui évite de penser, il se sent libéré, faut dire que le Sida n'est pas encore passé par là, souvenez-vous. (Je ne parle pas pour moi, j'étais en CE2 !). Au cinéma, à cette époque, l'homme occidental ne peut être confiné qu'à un seul rôle : esclavagiste abjecte en Afrique, pulvérisateur désabusé de napalm en Asie, exterminateur atavique d'innocents autochtones Nord et Sud-Américains, alcoolisateur indécent de joviaux Aborigènes australiens, et bien entendu, collectivement - insistons bien sur le "collectivement" - coupable d'anéantissement le plus immonde au sein même de son continent 30 ans avant. Tous coupables ! Pendons-nous ! L'occidental de base n'est donc plus, il faut que cela se sache bien haut et bien fort, qu'un gros tas de merde qui vient de se regarder dans la glace des années 60 et ça le fait vomir. (Ca dure toujours un peu, d'ailleurs).

Donc très logique - pour des mecs qui ont tous envie de se pendre ou, à défaut, de se couper les c....lles - les films de l'époque sont principalement des satyres historiques et sociales - volontiers soporifiques pour le beauf de base qui doit alors, sous peine d'excommunication sociale et politique, mesurer et payer quotidiennement l'ampleur de sa culpabilité universelle et crasse (celle de ses parents mais on s'en fout, il FAUT un salaud pour expliquer le monde). Des films dans lesquels les méchants ne sont pas complètement dégueulasses, les gentils un peu salauds quand même, où tout est gris, tout est relatif et relativisé, où tout se vaut, et au final, on s'emmerde grave - sauf si on fait partie de l'intelligentsia - le tout sur une bande sonore disco, disco ou encore disco. Le peuple, lui, toujours plus lent à la détente et évidemment trop con, c'est bien connu, pour saisir toute la mécanique subtile mise en œuvre, préfère parfois se goberger grassement la panse avec quelques gendarmes et quelques de Funès - qu'il en profite, ça ne durera pas - pendant que l'élite s'amuse à choquer le bourgeois qui s'encanaille dans les cinémas d'art et d'essais. Le nouveau héros ne doit avoir aucune morale, tétonne goulument la jouvencelle (dans un X 2800 en plus !), dépucelle allègrement la bourgeoise délurée de 15 ans, braque, chie, pète et rote et tout le monde trouve cela totalement génial. Il FAUT trouver cela génial, sinon on est un gros con. Le cinéma de l'époque croit bousculer la société, il ne fait qu'accompagner un mouvement qui le précède et dont il n'est que l'idiot utile, mais il va prendre un grand coup dans les valseuses à l'été 1977, et comble du comique, mettra 30 ans à s'en apercevoir. Jouissif !

Non, je ne m'égare pas, on est en plein dans le sujet ! Suivez-moi...

Alors forcément, quand un illuminé de Californie, hyper nostalgique des années cinquante (et pas soixante), débarque cette année là avec sa valise pleine d'effets spéciaux novateurs à couper le souffle, réveillant ceux qui ronflaient encore devant les égarements spatiaux mollassons de l'intellectuel et désumanisé Dave de 2001, avec une musique classiquissime de John Williams en pleine période post-woodstock, avec des méchants franchement méchants, des gentils franchement gentils comme on en voyait plus depuis John Wayne voire Errol Flyn, qui en plus, ont le culot de gagner à la fin (happy end ! Sacrilège !), le tout en puisant allègrement dans tous les mythes mondiaux enfouis au plus profond de notre inconscient collectif dont les fous furieux de mai 68 nous expliquaient savamment depuis 10 ans que ce n'était qu'un gros ramassis de raclures culturelles rétrogrades à jeter d'urgence aux orties et qu'il fallait tout réinventer, tout déconstruire, alors forcément, forcément, un OVNI pareil, ça fait l'effet d'une bombe, à la grande surprise des élites pensantes (et financières, déjà), ça déclenche un immense succès populaire, et accessoirement l'ire des intellectuels qui voient immédiatement le danger de ce retour aux sources pour neuneus, pétri de manichéisme trop conservateur à leurs yeux progressistes. J'en ai déjà parlé plus haut dans l'autre topic sur Star Wars VII, relire les articles de l'époque. Edifiants...

Sauf que, et c'est là que j'ai fini par comprendre le malaise qui m'a gagné il y a 3 semaines à la sortie du cinéma, l'histoire que je viens de vous raconter plus haut à ma sauce blasphématrice, ce n'est pas QUE l'histoire de Star Wars IV, c'est.... aussi celle de Star Wars VII. Oui, vous avez bien lu. Celle de Star Wars VII. Ceux qui l'ont vu témoigneront, j'insiste. A la virgule près.

Ben oui, les amis : cet imposteur de JJ Abrams, en bon employé de Disney, qui, comme chacun le sait, n'a jamais inventé grand'chose mais s'est le plus souvent contenté d'édulcorer ou de sublimer (tout est relatif) en pillant impunément dans le fond culturel européen puis mondial, cet imposteur a fait exactement la même chose que son nouvel employeur : Star Wars VII, c'est Star Wars IV en raté, car pillé sans vergogne : c'est comme si un candidat du 1er tour de Masterchef prenait une recette sublime de Paul Bocuse, respectait le dosage de tous les ingrédients à la lettre, mais mélangeait le tout comme un gros porc maladroit en espérant faire aussi bien que le chef, aboutissant au final, à un truc profondément immonde et indigeste. Ratatouille, c'est d'ailleurs une invention de Disney aussi...

Alors, oui, oui, car je vous entends déjà hurler pour qu'on m'attache à l'échafaud, oui, je vous l'accorde : des effets spéciaux, ça, vous allez en bouffer jusqu'à épuisement. Et pour faire chic, notre bon JJ Abrams, encensé - tu m'étonnes ! - par la critique mondiale jusqu'à en vomir, a même fait l'effort de " revenir à des décors plus naturels ", histoire de ne pas se mettre à dos ceux qui avaient dénoncé (mais qui ?) la surabondance de décors artificiels dans les I, II et III. L'action, le rythme ? Hoooo, pas de panique, ça reste un Star Wars : on n'a pas le temps de s'ennuyer, soyez tranquille. Pas le temps de réfléchir non plus, ça n'a jamais été fait pour. Pas pendant, en tout cas. La musique ? Pas de panique, le bon Williams a été rappelé à la rescousse et a recyclé ses vieux tubes comme on presse un vieux citron. L'humour ? Hum... là, vous devrez vous contenter de celui de Finn, seul personnage un peu décapant (un coté Jar Jar) qui trouve grâce à mes yeux ici, à titre personnel, BB8 n'atteignant pas les chevilles du tandem R2 / C3PO. Quant aux indispensables liens avec "avant", là aussi, soyez zen, vous en aurez pour votre pognon : ils sont venus, ils sont tous là : Yan et son déambulateur, Chewie et ses poils blancs, Leïa et ses valises, Luke, bien frippé lui aussi et son regard toujours aussi expressif, R2, C3PO, bref... tout baigne, les fans seront ravis. Les marchands de botox aussi.

Oui, RAVIS, les fans seront. Car au fond, en grands courageux, ces criminels de la conformité leur ont servi exactement ce qu'ils attendaient, dosé au millilitre, pas un poil qui dépasse.

Et ça, çà m'emmerde violemment, je vous le dis en toute sincérité : à force de vouloir faire plaisir aux fans de la première, deuxième, troisième et quatrième heure, ce pauvre crétin de JJ Abrams est passé complètement à coté de la plaque. Il nous livre un très bel exercice scolaire, je devrais même dire presque parfait. Allez, va, 16 sur 20, mention très bien. Mais, mon gros canard, ça, tu y a bien réussi avec Star Trek qui a reçu un salutaire coup de balai. Par contre, avec Star Wars, t'as juste raté le truc : un fan de Star Wars, c'est fait pour être bousculé, pour être chahuté, pour être déconcerté. Il ne faut surtout pas lui servir la soupe qu'il demande, nullissime crétin ! Et surtout, mon gros lapin premier de la classe, on n'est plus du tout en 1977 : les temps changent, les mœurs changent, le monde change. Le relativisme et le déconstructionisme forcené des années 60 et 70 à qui Star Wars avait précisément mis un bon gros coup de pied au cul ont maintenant un goût franchement rance, celui du réveil après une bonne cuite un peu honteuse.

Par voie de fait, ce film au bel emballage plastifié ne surprend pas du tout, tant il est CONFORME à l'air du temps, avec toutes ces figures imposées et ces passages obligés, marques indélébiles de soumission à la bien-pensance dominante. Et évidemment, il lui manque justement ce "petit (énorme, oui !) quelque chose" qui va totalement à contre courant de son époque, qui prend tous les risques, qui bouscule génialement les codes. Comment ça s'appelle déjà... Ha oui, je me souviens : la créativité.

"L'audace, toujours l'audace", disait Danton. Mais lui était un révolutionnaire. Pour le meilleur et pour le pire, mais un vrai, au moins.
Toi, t'as juste un gros 0 sur 20, mon bonhomme.

Alors, mes chers amis, sincèrement, courrez voir Star Wars VII, en famille, avec vos enfants, vos grands-mères si ça vous branche, vous ne serez pas déçus, vous en aurez pour votre argent, c'est étudié pour. Un  bon gros paquet de lessive, une poudre bien blanche qui sent bon la lavande, un packaging impeccable, un logo sublime, une pub charmante. Mais ça a quand même un gout de lessive. Alors si, comme moi, dès la première minute après la fin de la projection vous avez un goût bizarre dans la bouche, que vous ne comprenez pas "pourquoi", que luttez en vous disant, non, ce n'est pas moi qui ai vieillit, c'est autre chose, ne cherchez plus : c'est qu'il vous aura manqué quelque chose. Ce peps de folie. Et libre à vous, comme toujours, de penser que c'est juste un propos de vieux con de 46 ans, à l'aune de l'aigreur de son enfance perdue. C'est votre droit, évidemment.

Sachez juste, comme je vous l'avais dit dans un autre topic juste en sortant de la séance, que mes gosses de 13 et 11 ans ont dit exactement la même chose le soir dans la bagnole :
"Mouais.. c'était plutôt pas mal, c'est sur, mais ça manque quand même vraiment de surprise, tu ne trouves pas, papa ? "

Et ça, ça a été ma seule et authentique surprise de ce jour là.
Merci mes enfants, vous m'avez rassuré.

Bonne nuit !  alien


Dernière édition par yoda69 le Ven 8 Jan 2016 - 12:00, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
babord
Membre
Membre


Masculin Age : 51
Localisation : Poligny
Nombre de messages : 2029
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 6:57

Bon allez, rassure-toi, ce n'est qu'un film... et si ça peut contribuer à te consoler, souviens-toi que dans la vie, il y a deux sortes d'individus, ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent...
Revenir en haut Aller en bas
romilly
Membre
Membre


Masculin Age : 69
Localisation : Romilly-sur-seine - Aube
Nombre de messages : 3105
Date d'inscription : 18/11/2009

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 8:14

superbe comme d'habitude

Revenir en haut Aller en bas
http://romimodelisme.overblog.com/
Cox en N
Membre


Masculin Age : 57
Localisation : Sartrouville
Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 9:46

Et ben alors!
Te lire c'est comme voir un premier Star Wars pour la première fois!
Moi je me souviens de tout, même de la salle où CELA a eu lieu...

Mais sérieusement: Donner à Disney les clés de la machine à faire rêver, c'était déjà un peu brider la machine, non? Il y a bien des lustres que Disney ne fait plus dans l'innovation.

Quand je pense que dans ce nouvel opus, même le sabre choisit son Jedi, j'ai cru m'être trompé de salle et être assis devant un bon vieux Harry Potter!
Tu as bien résumé, c'est parfait, l'auteur a pris tous les ingédients les meilleurs pour pomper une superbe recette, et je dirais : en ajoutant des petits plus piqués dans le cahier de recette des copains...

Merci pour la magnifique littérature.

Ciao,
Michel
Revenir en haut Aller en bas
derunnes
Membre
Membre


Masculin Age : 62
Localisation : Théhillac 56130
Nombre de messages : 2738
Date d'inscription : 20/01/2009

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 9:47

J'ai eu les mêmes sensations en allant le voir, dès la première image ou presque on connait le déroulement du film. Dommage car il y avait de bonnes idées qui auraient pu être développées et nous tenir en haleine. Mais , peut être, a t-il voulu faire un film de vieux pour les vieux? Quoique les vieux ne le sont pas encore assez pour se laisser berner, Aloïs ne nous a pas encore frappé!
Revenir en haut Aller en bas
http://mestrainsmacuisine.over-blog.com
CleoN
Membre
Membre


Masculin Age : 61
Localisation : 33
Nombre de messages : 1057
Date d'inscription : 26/11/2010

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 10:22

C'est sur, les scénaristes ne se sont pas fait mal aux neurones !

Mais rappelons nous que l'objectif c'est de faire du blé, pas de créer ou faire rêver....On reprend des recettes éprouvées, on ajoute un plan marketing d'enfer, une multitude de produits dérivés etc...

Personnellement, dès qu'un film est accompagné d'un matraquage publicitaire important, je trouve ça suspect et je traîne les pieds pour aller le voir; et là, j'ai l'impression de m’être fait avoir, même si au final j'ai quand même passé un bon moment.

Ceci dit, il y pire, au rayon copie de scénario, regardez successivement Pale Rider de Clint Eastwood (1985) et Missionary Man de Dolph Lundgren (2007) . A part l'époque, tout est identique jusqu'à la plus petite péripétie.

Revenir en haut Aller en bas
gerbault
Membre
Membre


Masculin Age : 69
Localisation : CHATEAUROUX
Nombre de messages : 7218
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 10:30

Alors , c'est un film pour maisons de retraite Question
Revenir en haut Aller en bas
onzeroad
Membre
Membre


Masculin Age : 52
Localisation : Paris
Nombre de messages : 1581
Date d'inscription : 19/11/2012

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 11:53

Oui c'est entièrement conçu sur le thème nostalgique, ça porte même un nom aujourd'hui : le fanservice.

En effet SXVII est exclusivement du fan service complet, il a été sciemment conçu comme tel et c'est bien pour ça qu'ils ont fait appel à la photocopieuse en chef d'Hollywood, JJ Abrams qui n'a jamais eu une idée à lui, et n'a pondu que de l’ersatz et du papier carbone (CF son Super 8 où c'est rigoureusement la même démarche appliquée à l'univers Spielberg).
Il faut reconnaitre que son Star Trek* (enfin le 1, parceque le 2 hein...) était vraiment réussi malgré des Villains complètement foireux, l'exception/la règle tout ça...

A noter que le fan service va s'amplifier plus que jamais avec les prochains Aliens, Blade Runner et autres franchises de l'époque où le but n'est que de plaire aux fans historiques. Et ce n'est pas le record absolu que vient de battre SWVII qui risque de démotiver les producteurs Laughing



*pour ceux que ça intéresse, à l'époque où je tenais un petit blog ciné, j'avais chroniqué le premier volet http://www.robbymovies.com/2009/05/star-trek.html


Dernière édition par onzeroad le Ven 8 Jan 2016 - 13:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
yoda69
Membre
Membre


Masculin Age : 46
Localisation : Corrèze vachement profonde
Nombre de messages : 2227
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 12:11

Merci à tous pour vos commentaires, je me sens moins seul !  Very Happy

onzeroad a écrit:

*pour ceux que ça intéresse, à l'époque où je tenais un petit blog ciné, j'avais chroniqué le premier volet http://www.robbymovies.com/2009/05/star-trek.html
Excellentissime  cette chronique, je plussoie totalement. Belle envolée lyrique comme je les aime, tu t'en doutes :  cheers
Revenir en haut Aller en bas
RE 460
Membre
Membre


Masculin Age : 63
Localisation : region Pays de la LOIRE
Nombre de messages : 19866
Date d'inscription : 17/10/2008

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 12:53

Excellent comme d'hab ,si seulement les critiques de cinéma avait ta verve ...
N'hesites pas pour d'autres films Twisted Evil Twisted Evil

Seulement du coup , je ne vais pas aller m'enfermer dans une salle obscure , je prendrai le DVD et le regarderait avant de le ranger avec les 6 autres épisodes

2016   l'année du YODA
Revenir en haut Aller en bas
onzeroad
Membre
Membre


Masculin Age : 52
Localisation : Paris
Nombre de messages : 1581
Date d'inscription : 19/11/2012

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 13:11

yoda69 a écrit:
Merci à tous pour vos commentaires, je me sens moins seul !  Very Happy

onzeroad a écrit:

*pour ceux que ça intéresse, à l'époque où je tenais un petit blog ciné, j'avais chroniqué le premier volet http://www.robbymovies.com/2009/05/star-trek.html
Excellentissime  cette chronique, je plussoie totalement. Belle envolée lyrique comme je les aime, tu t'en doutes :  cheers

Merci, c'est gentil. Smile

Du coup je m'aperçois que j'avais chroniqué aussi Super 8, et en la relisant, elle pourrait presque s'appliquer au SWVII et rejoint quelques uns de tes arguments. Very Happy Bref mêmes causes, mêmes effets...

http://www.robbymovies.com/2011/08/super-8.html
Revenir en haut Aller en bas
Derf
Membre
Membre


Masculin Age : 48
Localisation : 84
Nombre de messages : 429
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 14:08

J'ai hate de t'entendre au masque et le plume.

envoie ton texte à France Inter !! cheers cheers

Moi j'adore et j'approuve
Revenir en haut Aller en bas
méléagant
Membre
Membre


Masculin Age : 47
Localisation : Suisse Romande
Nombre de messages : 3217
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 19:20

Merci Antoine. Dire qu'en sortant de la projection, je me suis demandé si c'était moi qui avait pris un sacré coup de vieux. J'avoue que je suis fan des Star Wars de Georges, mais là ça n'a pas passé. Avec un scénario au ras des pâquerettes, de surcroit pompé honteusement sur ce qui a déjà été fait et qui de plus ne possède pas de trame claire depuis l'épisode VI, même Han Solo était à côté de ses pompes; Lui, le perpétuel ronchonneur ne trouve rien de mieux à dire quand il retrouve son Millenium Falcon "Enfin à la maison", alors que l'on aurait dû avoir droit à une de ses bonnes vieilles invectives genre "Mais bon sang, dans quel état avez vous mis mon vaisseau" à l'encontre de ses occupants.

Dark Vador est mort ? Qu'à cela ne tienne, un nouveau presque* méchant masqué prend la relève dans les même bottes. Enfin presque, car lui aussi donne l'impression de ne pas les avoir chaussées. Le personnage de la presque* gentille constitue la seule entorse qui évitera de classer l'épisode VII de remake, malheureusement son parcours durant les 2h du film pourrait s'appeler le reretour de la Jedi. D'accord, à sa décharge elle est plus agréable à regarder que Mark Hamill en son temps.

* le presque a remplacé le super et c'est bien ce que j'ai ressenti à la sortie, l'impression d'avoir presque vu un film. Cet épisode VII ne rejoindra pas le coffret Blue Ray des 6 premiers épisodes que je regarderais de temps à autres avec la nostalgie de cette époque où j'étais fan. Ou alors, peut-être bien que je suis quand même vieux.

PS : Han Solo, pardon Indiana Jones, a donné cette semaine son accord pour jouer dans un 5ème épisode. Le hic, c'est que les droits avaient été rachetés à Georges Lucas par Disney. Là aussi tout fout le camp....
Revenir en haut Aller en bas
RE 460
Membre
Membre


Masculin Age : 63
Localisation : region Pays de la LOIRE
Nombre de messages : 19866
Date d'inscription : 17/10/2008

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 19:38

Je comprends mieux pourquoi suite a la sortie , tous les fanas des premiers jours ont juste oublier d'en parler ....
Revenir en haut Aller en bas
michel.b01
Membre
Membre


Masculin Age : 55
Localisation : Ponthierry
Nombre de messages : 2975
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 20:12

Bon, ce qui est rassurant avec Maitre Yoda, c'est que jamais son episode VII ne ressemblera au IV ou à  aucun autre d'ailleurs.... Very Happy
Pour le reste, je confirme... J'ai été  voir le bazar, et j'en suis ressorti... comment dire... un poil frustré,  limite arnaqué. ..Pour être bien sur, je me suis même repassé le IV en rentrant. Ben ouaip, c'était bien ca... la copie quasi conforme à  l'évolution de le technologie prêt...
Donc pour le VIII, je sais pas pourquoi, mais j'ai comme la prescience que le méchant tout noir va reprendre du poil de la bébête etc etc... Wink le pire contre attaque????
Revenir en haut Aller en bas
yoda69
Membre
Membre


Masculin Age : 46
Localisation : Corrèze vachement profonde
Nombre de messages : 2227
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 20:27

Comme dirait Céline, chu ben ben contin que ço vous ait pleu.

Et Paul (l'ainé) me disait pourtant ce matin entre deux tartines :
T'es vraiment un grand malade d'avoir posté çà, Papa, tu vas juste te faire grave trucider !  affraid
Haaaa, jeunesse...
Revenir en haut Aller en bas
Thyristor
Membre
Membre


Masculin Age : 45
Localisation : France
Nombre de messages : 1596
Date d'inscription : 09/12/2015

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 20:33

Le simple fait de vous lire confirme mes pires craintes : Disney pervertit corrompt lisse tout ce qu'il touche.
Alors sur SW, j'ai envie de dire "quel gâchis !".

Mais je me suis laissé dire que même George Lucas était déçu.

Du coup, je suis beaucoup moins pressé d'aller le voir.
Revenir en haut Aller en bas
liebaut
Membre
Membre


Masculin Age : 20
Localisation : contrevoz (petit bled)
Nombre de messages : 7813
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 21:39

Perso je l'ai trouvé excellent ! les effets spéciaux sont top, ça bouge, beaucoup de combat ça donne envie d'aller voir le prochain ! vu la fin, il y aura une suite c'est sur !
Revenir en haut Aller en bas
méléagant
Membre
Membre


Masculin Age : 47
Localisation : Suisse Romande
Nombre de messages : 3217
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 21:49

Et voilà... Le fils tue le père...
Revenir en haut Aller en bas
CleoN
Membre
Membre


Masculin Age : 61
Localisation : 33
Nombre de messages : 1057
Date d'inscription : 26/11/2010

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 22:35

tu quoque mi fili ?

Dites moi si je me trompe de film.


Revenir en haut Aller en bas
lefkosia73
Membre
Membre


Masculin Age : 51
Localisation : la rochette 73110
Nombre de messages : 434
Date d'inscription : 22/07/2012

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 23:07

CleoN a écrit:
tu quoque mi fili ?

Dites moi si je me trompe de film.



Bamby ????? Embarassed Arrow
Revenir en haut Aller en bas
denis69
Membre
Membre


Masculin Age : 52
Localisation : LYON
Nombre de messages : 292
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: re   Ven 8 Jan 2016 - 23:22

100% d'accord avec toi  ,Yoda69, déçu , comme quand on reçoit un œuf Kinder avec un cadeau pourrave !!
Heureusement que je l'ai vu en 3D  , la pilule est mieux passer

attendons en 2016 la suite ,mais avec Disney ,j'en doute

Denis
Revenir en haut Aller en bas
Davinci
Membre
Membre


Masculin Age : 66
Nombre de messages : 1726
Date d'inscription : 17/09/2008

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Ven 8 Jan 2016 - 23:44

Malheureusement, Disney fait dans la crétinisation depuis la mort de Walt Rolling Eyes Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
lolo81
Membre
Membre


Masculin Age : 35
Localisation : Tarn
Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 18/09/2013

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Sam 9 Jan 2016 - 0:46

liebaut a écrit:
Perso je l'ai trouvé excellent ! les effets spéciaux sont top, ça bouge, beaucoup de combat ça donne envie d'aller voir le prochain ! vu la fin, il y aura une suite c'est sur !

J'approuve, dommage pour le cote "on prend les mêmes et on recommence", mais avec une visu plus ... hmmm ... (la oui vais me faire trucider) jeune Laughing , sans regarder derrière, bon film de science fiction.
Je confirme 2 autres suite à celui la, et à vérifier, me suis laisser dire 3 autres de plus entre le VI et le VII
lol!
Revenir en haut Aller en bas
yoda69
Membre
Membre


Masculin Age : 46
Localisation : Corrèze vachement profonde
Nombre de messages : 2227
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII   Sam 9 Jan 2016 - 2:26

lolo81 a écrit:
liebaut a écrit:
Perso je l'ai trouvé excellent ! les effets spéciaux sont top, ça bouge, beaucoup de combat ça donne envie d'aller voir le prochain ! vu la fin, il y aura une suite c'est sur !
J'approuve, dommage pour le cote "on prend les mêmes et on recommence", mais avec une visu plus ... hmmm ... (la oui vais me faire trucider) jeune Laughing , sans regarder derrière, bon film de science fiction.
Je confirme 2 autres suite à celui la, et à vérifier, me suis laisser dire 3 autres de plus entre le VI et le VII
lol!

Alors ça, les amis, je respecte tout à fait votre point de vue, pas de soucis.
Yoda, avec les jeunes padawans, ne s'écharpera pas pour des broutilles pareilles : ce n'est effectivement qu'un film !  Very Happy

Pour le reste, si j'ai bien suivi le steack, on aurait droit à qq chose du genre :
2016 : épisode préquel, basé, semble-t-il sur les aventures de pilotes d'X-Wing, sans lien direct avec l'épisode VII (ça j'ai un doute quand même)
2017 : épisode VIII
2018 : autre préquel
2019 : épisode IX
2020 : autre préquel

Pour ceux qui n'ont pas acheté d'actions chez Lego ou chez Hasbro, c'est le moment.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'impardonnable minute de yoda69 sur Star Wars VII
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La convention Star Wars Reunion II
» Star Wars : Force Unleashed [Xbox360 & PS3]
» Star Wars Celebration V Orlando USA - 12 au 15 Août 2010
» Projet : Customisation meuble Ikea & Décor Star Wars
» STAR WARS: CYBORG DARTH MAUL PREMIUM FORMAT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1/160 - Echelle N :: Le café de la Gare :: Ca vous intéresse?-
Sauter vers: